"Les dimanches de Jeanne", un roman d'Isabelle Giagnoni

 

Isabelle Giagnoni, fidèle participante des Ateliers d'écriture Elisabeth Bing, nous présente son premier roman publié Les dimanches de Jeanne, (Les Éditions de la Rémanence). Elle a accepté de se prêter au jeu de l'auto-interview. 

 

« Tu écris ? Euh, tu ne veux pas plutôt qu’on aille se promener ? … Enfermée comme ça tu passes à côté de la vie là tu sais… ».

Pourquoi écrire quand tout va bien ? On écrit parce que ça ne va pas de soi. On écrit par nécessité. Une nécessité arbitraire…Pas pour le plaisir ! Même si avec une page blanche et un dictionnaire je passerais des nuits, c’est douloureux l’écriture au long cours: un travail de fourmi laborieux et ingrat. Il faut être solitaire, taciturne, exigeant, obsessionnel. …   Je suis tombée en écriture suite à un accident, il fallait inventer ma vie, sans doute ça m’a sauvée. J’ai toujours lu, je ne peux pas vivre sans les livres, l’écriture est venue naturellement à moi.

 

« Le monde de Jeanne prend pied solidement dans la terre comme un cep de vigne. Ca commence avec la terre qu’il faut piocher pour creuser le grand puits, le rythme des travaux de la terre ou l’on entend la musique des faux, un chant tellurique qui rend amoureux, et enfin la terre qui tremble, dense, s’ouvre, se referme, accueille expulse des corps sous les obus de la Grande Guerre. »

C’est l’histoire que l’on raconte qui nous choisit. Il fallait que je parle de la vie, la mort, l’amour et la destinée avec une grande authenticité. Il me fallait un univers enraciné.

 

« Forts, faibles, courageux ou désespérés, toujours vrais, les personnages « des dimanches de Jeanne » nous ressemblent et nous attachent. Nous les quittons à regret »

 Il me fallait des personnages hauts en couleur, des personnages qui frappent dès l’instant où ils entrent dans notre champ de vision. Des personnages incarnés : Jeanne plus raisonnable que les autres mais non pas résignée, Jacques qui tutoie le sacré, Ambroise qui n’est qu’un tourment, Louise dont les amours et la vie sont à l’image de sa mort. Enfin je vous laisse les découvrir.

 

Pourquoi un suivi individuel en atelier courriel avec Frédérique ?

Tous les auteurs rêvent d’un lecteur privilégié ! Le suivi individuel en atelier courriel permet d’avoir cet autre regard pour la réécriture, pour abandonner ce qui semble essentiel et qui ne l’est pas, développer ce qui mérite de l’être, comprendre ce que l’on est en train d’écrire… pour être moins seul dans l’écriture ! 

 


Les dimanches de Jeanne - Les Éditions de la Rémanence

RÉSUMÉ

S’ils partagent les mêmes racines, les cinq enfants de la colline au grand puits ne se ressemblent guère et rêvent d’un avenir différent. À chacun sa vision du bonheur : l’amour, la terre, la guerre, le chemin de fer, ou encore l’exode vers la ville. Pourtant, aucun ne vivra comme il l’avait espéré, et tous connaîtront un autre destin. L’Histoire se mêle à leurs trajectoires, et la vie ne laisse pas toujours le choix…

L’AUTEURE

Isabelle Giagnoni est tombée en écriture comme d’autres tombent en amour. Auteure de plusieurs récits et textes poétiques, elle vit et travaille à Paris. Les dimanches de Jeanne est son premier roman édité.

 

 

Les Ateliers d'écriture Elisabeth Bing