« Ateliers d’écriture, ateliers d’édition », le dossier de la revue de l’Association Pour l’Autobiographie

En 1992, Chantal Chaveyriat-Dumoulin (bibliothécaire et petite-fille d’un diariste prolifique) et Philippe Lejeune (sociologue et universitaire, spécialiste de renommée internationale des écrits autobiographiques) créent l’APA : « l’Association Pour l’Autobiographie et le patrimoine autobiographique ».

Le premier objectif de l’APA est d’assurer la collecte, la conservation et la mise à disposition de textes autobiographiques inédits rédigés par des personnes de tous milieux sociaux.

Une somme de plus de 2.500 manuscrits se trouve à la médiathèque d’Ambérieu en Bugey – ville de ce fait déclarée « Capitale de l'autobiographie ».

A la question de savoir combien de personnes en France tiennent leur journal,  Michel Vannet (APAïste de la première heure) répond : "On dit qu'il en y a autant que des gens qui jouent du piano. C'est juste que ça fait moins de bruit".

L’APA est aussi un carrefour d’échanges et de réflexion sur toutes les questions ayant trait aux écritures du « Moi » : journaux intimes, autobiographies, biographies, correspondance, etc.

C’est cette même année 1992 que La Faute à Rousseau - revue trimestrielle de l’APA - sort son premier numéro. Chaque numéro thématique se fait l’écho de la réflexion en marche menée par les adhérents de l’APA autour de nombreuses questions liées aux écritures de l’intime.                                                      

Le numéro 72 (de juin 2016) dont l’article figure ci-dessous a pour thème « Ateliers d’écriture, ateliers d’édition ».   

Plus d'informations sur l'APA ici.                                                                                                   

Isabelle Mercat-Maheu, animatrice au sein des Ateliers d’écriture Élisabeth Bing depuis 1997 et membre de l’APA depuis 2000, apporte régulièrement sa contribution aux écrits de cette revue ainsi qu’aux « Journées thématiques » de l’association. 

 

Les Ateliers d'écriture Elisabeth Bing